Cycle thématique sur le travail : présentation

Dans sa volonté de défendre et de promouvoir les fondamentaux républicains, l’association Le Poing Commun a vu dans le travail une notion fondamentale à réinterroger. D’abord, du fait, de son actualité politique, via les ordonnances de la loi Travail, mais plus largement, via le discours libéral omniprésent prônant la dérégulation du marché — du travail — comme corollaire d’une croissance économique nécessaire.
Ensuite, du fait de son importance historique et sociale. En effet, il semble évident que nous sommes dans « une société du travail », en ce sens que le travail occupe une place centrale dans le discours et les actions politiques et permet ainsi tous les sacrifices. Au nom du travail, on pourrait alors rogner sur la liberté, l’égalité et la fraternité.
Ainsi, le travail s’avère être un terme galvaudé bien que central et omniprésent. Derrière la notion de travail se cache à la fois l’idée d’accomplissement personnel, mais aussi de souffrance, de pénibilité et d’aliénation. Or, il s’avère que le politique, dans son discours et ses actes, entretient cette ambivalence et joue sur les deux tableaux, œuvrant ainsi à l’aliénation au nom de l’accomplissement.
Pour en prendre la mesure, il est par conséquent légitime de s’arrêter sur cette contradiction, ainsi que sur tout ce qui, directement ou indirectement, a trait au travail : le salariat lui-même, l’auto-entrepreneuriat, l’« ubérisation » ; mais aussi le chômage, en tant qu’il conditionne les débats sur le revenu universel ou la répartition du temps de travail et des richesses ; etc.
Mais il est surtout nécessaire de réinterroger ces trois notions fondamentales que sont la liberté, l’égalité et la fraternité par le prisme du travail ; et réciproquement, de réinterroger le concept de travail à la lumière des notions républicaines. En effet, puisque notre conception du travail conditionne celle de la société, il y a fort à parier qu’un travail voué au profit ne fonde par la même société qu’un travail commun participant d’un intérêt général.