Quentin BAILLON, président

FullSizeRender (3)

Ses textes :

Robespierre.

Présentation.

« Depuis les années 2000, on a souvent pu entendre des « experts » et des responsables politiques évoquer la « fin de l’Histoire ». Ce discours propre à l’idéologie dominante alimente la destruction des valeurs collectives au profit de l’individualisme extrême basé sur les modèles anglo-saxons. L’Histoire nous lègue son lot d’idées, de valeurs et de symboles qui fondent les rapports de force actuels ; autant dire que le « système » dominant a tout intérêt à ce que l’Histoire soit terminée.

Ainsi en va-t-il de la République. Au-delà de la très vulgaire appropriation de ses symboles par ses premiers détracteurs, nous assistons, impuissants, au démantèlement de plus de deux siècles de combat pour la Liberté, l’Egalité et la Fraternité. Le débat politique désormais réduit à des joutes de haute technicité est totalement vide de sens. La République n’est plus qu’un mot, les citoyens ne sont plus que des vaches à lait, et la classe politique n’a même plus à dissimuler ses desseins derrière de beaux discours, elle « dirige » sans se soucier du concept même de mandat électif.

Si je me suis engagé dans la fondation du poing Commun, c’est avant tout pour ne pas abandonner la guerre des mots. Les partis politiques sont dépendants de l’ordre du jour médiatique et sont maintenant vides de véritables fondements idéologiques. Cela contribue à la perte de vue de notre projet de société : l’idéal républicain. Celui-ci n’est pas figé et demeure plus que jamais remis en question par le conservatisme d’une part et le libéralisme économique d’autre part. Mais le temps est venu de prendre le temps de redéfinir cet idéal pour orienter aussi bien les citoyens que les responsables politiques vers l’équilibre démocratique du débat de la cité.

La République est pour moi bien plus qu’un simple modèle d’organisation juridique ou de gestion administrative. Elle est un édifice philosophique bâti sur les ruines de l’obscurantisme et dont le combat pour l’émancipation est toujours d’actualité. Elle est une Histoire politique, sociale, culturelle… une Histoire chargée de ces valeurs et de ces symboles qui forment ce que l’on appelle une identité collective : celle de tous les républicains.

En tant que membre fondateur du Poing Commun, je veux m’engager pour redonner de la couleur à Marianne et réaffirmer le message universel de la République à l’encontre de toutes les formes de tyrannie. Le futur est le fruit de l’Histoire, et force est de constater que la Grande Révolution ne fut jamais terminée.

Brandissons haut nos cocardes pour la renaissance de la République ! Rappelons aux ennemis de la démocratie, de la justice et de la liberté que LA REPUBLIQUE, C’EST NOUS ! »

QB