Adèle CHAPLET, responsable pôle Action

10999003_732261293587109_8194506918768576532_n

« Le déficit de sens de plus en plus prégnant dans notre société est un constat qui ne doit pas nous laisser insensibles. Aussi, pour y pallier, faut-il comprendre les causes et les conséquences de ce déficit. Comprendre la société qui nous entoure, et tenter d’améliorer ce qui peut l’être. Ce sont ces raisons, cette volonté d’action qui ont motivé mon envie de participer à la création de cette association. Ayant toujours eu un intérêt aigu pour notre société, j’ai choisi de m’orienter en sciences politiques à l’université. Cette discipline m’a permis de comprendre le fonctionnement de nombreuses institutions ainsi que le comportement des « décideurs », notamment du système partisan.

A cet égard, j’ai toujours nourri beaucoup d’appréhension et de méfiance envers les partis politiques. Fonctionnement oligarchique, pas vraiment démocratique, politique politicienne, instrumentalisation … Consciente que de nombreux citoyen·ne·s se sont détourné·e·s de la politique et de la chose publique à cause de l’ensemble de ces éléments, l’essor de nouvelles formes d’engagement et d’investissement montre que tout n’est pas perdu.

Je pense que le grand tort de nos personnalités politiques aujourd’hui est de s’être mises en orbite, en s’éloignant de la réalité. J’aspire à ce qu’elles ne fassent plus pour nous des choix de société mais avec nous, en nous intégrant dans le processus décisionnel. Ce changement ne peut intervenir que si nous, citoyen·ne·s, portons la volonté forte de nous associer au grand projet que constitue la République. Car ce sont bien les citoyens qui font et fondent la République.

Oui, la République et ses valeurs, telles qu’elles ont été conçues, vécues à la base, permettent de fédérer les citoyen·ne·s autour d’un projet collectif de vie en société. Je souhaite développer les initiatives populaires, rendre « la res publica » au peuple, trouver des solutions alternatives au capitalisme ultra libéralisé que nous subissons aujourd’hui. Je veux que chaque citoyen·ne se sente concerné·e par le collectif !

Redéfinir la République en la réinsérant dans l’espace public, pour que tout un chacun, quelle que soit sa condition, ses origines, sa religion … s’estime Républicain avant tout.

La République n’est pas une idéologie, c’est un modèle de société à (re)construire ensemble. Il est grand temps de se mobiliser et de se réapproprier ce projet, de lui redonner sens et essence : d’abord au travers des mots et du langage, puis par des actions concrètes de démocratie participative, d’éducation populaire, d’initiatives citoyennes. »

« Je veux que la République ait deux noms : qu’elle s’appelle Liberté, et qu’elle s’appelle chose publique ».

Victor Hugo