Nouvel An Républicain

En ce 1er Vendémiaire, le Poing Commun fête l’année CCXXVI du calendrier républicain !

Nos vœux pour l’année à venir:

  • Que nos élu.e.s fassent preuve d’une éthique républicaine et d’une exemplarité irréprochables
  • Que les citoyennes et citoyens fassent vivre, dans leurs quotidiens, les idéaux de Liberté, d’Egalité et de Fraternité
  • Que Le Poing Commun soit une association de première ligne pour la défense et la promotion des fondamentaux républicains

Joyeuse année CCXXVI !

21752363_1944639562528387_2204974417045905710_n

A vos agendas: Le Poing Commun fait sa rentrée !

Le Poing Commun organise son assemblée de rentrée, ouverte aux adhérentes et adhérents, sympathisantes et sympathisants, citoyennes et citoyens:

Le vendredi 29 septembre 2017
A 18h30
Au Broc’café – 2 place de l’Hôpital – 69002 LYON
(salle à l’étage)

Au programme:

-Retour sur les deux ans d’existence de l’association
-Des annonces importantes !
-Discussion sur les thèmes de travail de l’année
-Pot de l’amitié

Il sera possible d’adhérer sur place (paiement des cotisations par chèques de préférence)

Faites part de l’événement autour de vous !
Pour plus d’infos: lepoingcommun@gmail.com

La liberté commence où commence celle de l’autre – Paul Sylvestre

La liberté commence où commence celle de l’autre

Paul Sylvestre

Cycle thématique – « Libertés »

 

            « Ma liberté s’arrête où commence celle de l’autre », dit la célèbre maxime, qu’il est tentant de renverser en « ma liberté commence où s’arrête celle de l’autre ». C’est un propos de bon sens que de dire que nos choix de doivent pas nuire à nos chers voisins, à qui l’on garantit que la musique ne dépassera pas un certain volume à partir d’une certaine heure de la soirée, ou que l’on évite de déranger en tondant sa pelouse de bon matin. Chacun prend et défend sa part de « liberté », cette liberté privée qui s’accorde bien aux limites des foyers. Est-ce la même liberté que celle que célèbre la statue du port de New-York ? La même que celle des esclaves libérés de leurs fers ? Que celle que Robespierre a choisi en 1790 pour former la devise de la République ? Assurément, non. Lire la suite

PETITION : Pèlerinage d’élus au Vatican : remboursez le peuple et respecter la République

Le Poing Commun, ainsi que des associations amies, s’est indigné cette semaine d’un pèlerinage au Vatican, à l’initiative du Cardinal Barbarin, de 256 élus de la région Rhône-Alpes. Cette démarche porte un nouveau coup au principe de laïcité, fondement même de notre République et des valeurs que nous défendons.

Nous apprenons aujourd’hui avec consternation que de nombreux élus ont financé ce voyage avec l’argent du contribuable. Ce coût s’élèverait à 1000 euros par participant. Le Poing Commun ne peut tolérer que les deniers publics servent des causes communautaires et non universelles et d’intérêt général.

Dès demain, le Poing Commun fera parvenir à ces 256 élus un courrier afin de déterminer quels représentants de la République a bénéficié de l’argent public pour financer ce « jubilé de la miséricorde ».

A toutes celles et à tous ceux qui ont manqué à leur devoir républicain, nous réclamons dès maintenant un remboursement à leur collectivité.

Nous réclamons cette somme, non pas au nom d’une idéologie mais bien au nom du Peuple et de la République.

SIGNEZ LA PETITION ICI.

unnamed

 

Tribune Libre – Le CETA un accord contre les peuples, les Etats et l’émergence d’un nouveau modèle.

Tribune Libre Accord économique et commercial global (CETA) entre l’UE et le Canada : un accord contre les peuples, les Etats et l’émergence d’un nouveau modèle

Soel Diab – novembre 2016

 

Le CETA, accord entre le Canada et l’Union Européenne, compte 230 pages en 30 chapitres dans un document de plus de 1 500 pages annexes incluses. Illisible, soporifique et incompréhensible à l’image du fonctionnement de l’Union Européenne.

Pourtant, cet accord est une nouvelle étape franchie par les méconnus et non élus représentants de la commission européenne dans cette folle marche en avant de l’ultra libéralisation du monde et de l’ouverture à tous les vents du continent européen. Cet accord, conclu entre deux zones, dépasse le simple cadre de la suppression des barrières douanières et l’accès à un marché. Le Canada et l’Union européenne ont conclu un accord économique et commercial global portant sur un grand nombre de sujets économiques et commerciaux.

Il serait impossible ici d’établir une analyse fine et complète d’un tel accord qui nécessiterait d’être décortiqué disposition par disposition. Il s’agit plutôt de montrer comment cet accord s’inscrit d’abord dans une démarche contre la liberté du peuple de déterminer librement de son avenir. Par ailleurs, cet accord comporte des risques manifestes contre l’intérêt général et une énième remise en cause de notre souveraineté dans un nombre important de domaines comme la libéralisation des services publics ou encore la soumission des Etats à une justice privée. Enfin, le CETA s’inscrit à contre courant d’un projet non pas nécessaire mais inévitable favorisant l’émergence d’un nouveau modèle économique et commercial fondé sur le respect des terres, de l’environnement et du climat ainsi que sur la nécessaire relocalisation de la production et du commerce et le développement de nos petites et moyennes entreprises.

Lire la suite

Retour sur notre journée du 12 Novembre

Un samedi chargé pour notre association :

  • A l’appel de la fédération nationale de la libre pensée, le Poing Commun était présent au monument aux mort de l’île du Souvenir au Parc de la Tête d’Or, à Lyon, pour un rassemblement pacifiste dans le cadre de la célébration de l’armistice.
  • Nous étions également à Paris, pour une réunion de travail sur la construction d’une antenne locale.
  • Et enfin, notre communiqué de presse commun avec « Forces Laïques » et « Comité 1905 » pour dénoncer « le pèlerinage d’élus » au Vatican était repris dans Lyon Capitale. 

Lire la suite

Tribune Libre : « frites et république » V.Froget

Tribune Libre : « frites et république » – Vincent Froget

« Si un élève vient d’une famille où on ne mange pas de porc, eh bien le jour à la cantine où il y a des frites et une tranche de jambon, le petit ne prend pas de tranche de jambon et prendra une double ration de frites. C’est la République. La même règle et le même menu pour tout le monde. »

Cette citation de Nicolas Sarkozy est en train de faire le tour des réseaux sociaux. Quelques fois pour l’appuyer, mais vraisemblablement souvent pour être raillée.

Ainsi donc, un candidat à la magistrature suprême, membre d’un parti s’appelant « Les Républicains », réduit la République à une double portion de frites. Cette séquence de la vie politique marque à quel point la notion de République est aujourd’hui totalement galvaudée, démythifiée.

Lire la suite

[Communiqué de presse] Le CETA, une atteinte à la République ?

Communiqué de presse. 1er novembre 2016

Le CETA, une atteinte à la République ?

my-beady-eyes-is-the-ceta-trade-agreement-a-threat-to-democracy-01

Qu’est-ce que le CETA ? Il s’agit d’un traité de libre-échange entre l’Union Européenne et le Canada qui apparaît comme le frère jumeau du TAFTA, traité négocié avec les États-Unis ; comme lui, il représenterait un bouleversement majeur pour le droit économique, social et environnemental en établissant de nouvelles normes, qui empêcheront de poser plus de limites à la concurrence entre les pays, et il instaurerait des tribunaux d’arbitrage privés devant lesquels les multinationales pourront attaquer les lois des pays concernés si celles-ci freinent leurs bénéfices !

Le Poing Commun, en tant qu’association de défense et de promotion des fondamentaux républicains :

  • Condamne, au-delà de ce que l’on peut penser de son contenu, la méthode des négociations d’une opacité constatée par des parlementaires de tous bords politiques.

 

  • Dénonce le danger que peut représenter de tels traités pour la préservation de nos services publics, piliers de la République.

 

  • S’interroge sur la menace pour la démocratie, que représentent de telles négociations qui prévoient d’appliquer partiellement le traité avant même qu’il ne soit ratifié par les parlements nationaux.

 

  • Constate que plus les citoyens s’informent sur ces traités, plus ils les rejettent et souhaite dès lors réaffirmer contrairement à ce que disait Jean-Claude Juncker* (président de la commission européenne), qu’il ne peut y avoir de traités internationaux contre les choix démocratiques.

 

  • Et enfin, dans son objectif de faire vivre le débat d’idées, invite toutes celles et tous ceux qui le souhaitent à nous faire parvenir des « tribunes libres » afin d’exposer leur point de vue sur la question.

 

 

 

 

 

*Jean-Claude Juncker : « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens ». (entretien au figaro le 28 janvier 2015.)